20 septembre 2007

Lobbies, conspirationnisme et théorie du complot

En réaction à un récent article publié sur AgoraVox.fr, "Le Bilderberg, lobby le plus puissant du monde ?", qui fait la part belle au conspirationnisme et autre théorie du complot, il s'agit ici de "démythifier" la notion de lobby.

La théorie du complot appliqué au lobbying


On qualifie couramment de théorie du complot la croyance en une manipulation généralisée organisé par un groupement d'autant plus puissant qu'il agirait discrètement. Ce groupe secret serait typiquement minoritaire, élitiste et utiliserait des moyens politiques, financiers, militaires, psychologiques et scientifiques afin d'asseoir sa domination. Discrétion du mode d'action, évolution dans les sphères privées du pouvoir, etc., tout contribue aussi à alimenter la réputation sulfureuses des lobbies, ces groupuscules de l'ombre acoquinés au pouvoir surestimé. Citons notamment les fédérations, syndicats, ONGs, think tanks et surtout les clubs très élitistes où se croisent puissants industriels, politiques et intellectuels (voir notamment : Paris Lobbies - Cartographie des acteurs parisiens de l'influence). On entend ainsi souvent parler, à titre d'exemples, du "lobby juif", du "lobby des industriels" ("lobby du pétrole", "lobby des agriculteurs", etc). Ces dénominations péjoratives semblent supposer implicitement que de tels groupements, au fonctionnement occulte, tireraient les ficelles de la vie politique, économique, à la manière d'un deus ex machina. Dans l'imaginaire collectif, entre la « World Company » des Guignols, l'Opus Dei de Dan Brown, ou encore le "lobby sioniste" d'un Dieudonné, le terme de lobby, hautement péjoratif, n'a donc pas bonne presse Comme il est souligné sur le Blog Capharnaum, « Lobby » génère le soupçon, la présomption de culpabilité immédiate ; « il n’y a pas de fumée sans feu » ; diabolisé, il fait la lie du discours anticapitaliste, antiaméricain et antijuif premier degré". Outre le fait que le lobbying soit discrédité dans l'imaginaire républicain français, dont la vision jacobine et unitaire de la Nation exclue toutes corporations et autres organes de médiation visant la représentation des intérêts particuliers dans l'arène publique des débats, il semble aussi que cette association entre lobbies et théorie du complot trouvent un soubassement psychologiques et sociologique.

  • Psychologique, car la théorie du complot résulte naturellement du besoin humain de comprendre, d'un travail constant d'interprétation culminant parfois dans une explication délirante de type mythique. Le conspirationnisme est d'ailleurs un symptôme courant, dans certaines pathologies mentales, et notamment la paranoïa.
  • Sociologique, car l'identification d'un bouc émissaire, et envers et contre lequel se définir, est une besoin typiquement social si l'on s'en réfère aux travaux de René Girard. Historiquement, citons les lépreux, juifs, et autres Protocole des sages de Sion.
D'un point de vue épistémologique cependant, la théorie du complot ne peut être absolument parlant réfuté. Expression de type métaphysique à l'argumentation non-réfutable et autojustifiante (Karl Popper), elle s'enferme dans un débat sophistique sans issue possible. Il n'y a pas de doute cependant à dire que la démocratie ne gagne en rien à laisser plâner ce genre de doutes, le lobbying n'étant qu'une alternative légitime au déclin des mécanismes traditionnelles de représentation, à savoir les partis politiques.

3 commentaires:

Ethocom a dit…

Si tu le souhaites ...
j'ai des cartographie pour ca ^^

Anonyme a dit…

lol!

c'est pas un peu faire un raccourci que de dire que ceux qui critiquent un certain type de lobbying particulièrement influent sur les législateurs au mérpis de la notion même d'intérêt général sont des afficionados de la théorie du complot?

Figure-toi que dans cet article je n'ai même pas dit un dixième de la réalité, (cf. autre article sur l'ERT)... après, tu peux faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes, ca relève du principe de la dissonance cognitive.

Mais s'il te plait, soyons un peu sérieux, la théorie du complot c'est ce qu'on nous ressort dès qu'on met le doigt sur ce genre de processus qui court-circuite réellement le système démocratique.

Et il faudrait aussi arrêter de comparer un lobbying comme celui du Bilderberg ou de l'ERT avec le lobbying des régions, par exemple, ou celui de Greenpeace, qui sont sans commune mesure avec les premiers, de pas les moyens et de par les objectifs poursuivis.
C'est un fait que le Bilderberg cherche à établir un consensus sur la politique mondiale, essaie seulement de prouver le contraire!

Vas voir les rapports de l'ERT aussi, et tu comprendras peut être que 47 multinationales font carrément les lois européennes, et se permettent de faire la leçon à ceux qui sotn censés représenter la population!

Ceri

Anonyme a dit…

As tu pris la peine de te renseigner sur les institutions / Lobbies que tu as cités ? Comme l'a dit "Anonyme", peut-on comparer le petit lobby régional à Bilderberg ? Je t'invite vraiment à approfondir le sujet.