29 avril 2007

Le lobbying turc en France (5) – Impact et limites

Cet article conclut le cycle de cinq articles consacré au lobbying turc en France. Voici la liste des articles parus :

Voici la liste des articles prévus :



Impact



Si la communauté turcophone en France met en oeuvre un puissant e-lobbying, ce dernier apparaît restreint en terme de visibilité et gagnerait à nouer des partenariats stratégiques avec des associations généralistes au rayonnement plus important (exemple des Jeunes Européens). A noter cependant, le poid considérables des acteurs économiques français et turcs oeuvrant pour un rapprochement politique de la Turquie avec l'Union européenne.


Limites



Toutefois, la Turquie continue d'accuser un déficit d’image auprès de l’opinion française, ce qu’un chercheur appelle le syndrome « Midnight Express ». Ce déficit d’image se manifeste entre autres par le refus d’une possible adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Il n'est guère aisé de changer les cadres de perception de la population français, et ce d'autant plus que les principaux relais d'opinion, tant la presse régionale que les partis politiques, semblent peu enclin à jouer le jeu de la Turquie.

En définitive, une hypothétique transformation des perceptions ne peut s’accomplir que sur le temps long, et il apparaît que le travail des agences promotionnelles turques constitue le seul véritable vecteur d’influence, en dépit du fait qu'il relaie une perception caricaturale de la Turquie.

En somme, à court moyen-terme, il est très peu probable que la Turquie adhère à l'Union européenne.

Aucun commentaire: