1 février 2007

« Une rencontre n'est que le commencement d'une séparation ». Les relations contradictoires entre la Chine et le Japon

Vous trouverez ci-joint le résumé d’un article de fond rédigé en commun avec Anne-Sophie Foubert, Jean-Christophe Gameiro, Camille Morelon, Sandra Nguyen et moi-même.

Si la mondialisation peut être définie comme le processus global d’accroissement des dépendances économiques, politiques et culturelles, ce serait une erreur de croire, en revanche, qu’elle induit un apaisement des tensions de nature géopolitiques. La fin de la Guerre froide a modifié en profondeur la lecture des relations internationales, marquant le passage d’un monde clairement bipolaire à une géographie plus incertaine dans laquelle les nations peuvent être à la fois des alliés économiques par nécessité et des adversaires politiques dans leur conquête de puissance. Témoin de cette relation contradictoire, la relation Chine-Japon, marquée par une interdépendance économique de fait et la montée de multiples tensions de nature politique. Ces tensions ont des motifs structurels à la fois d’ordre culturel et géopolitique. Ainsi, si les deux géants asiatiques partagent une communauté de destin, une alliance d’ordre géoéconomique, prélude à la création d’ « une sphère de coprospérité asiatique » hyperconcurrentiel, semble encore peu probable. En ce qui concerne la Chine, le dépassement de ce clivage semble résider dans une politique d’ouverture croissante à l’international vers les pays en développement, susceptible à terme de lui faire acquérir une forme de leadership sur tout l’Asie et peut-être le monde.

La totalité de l’article publié en .pdf est disponible sur le web Infoguerre.

Aucun commentaire: