17 décembre 2006

Classement des vingt meilleures formations européennes au lobbying pour l’année 2006

Ce classement, nécessairement subjectif, partial, évalue la qualité des formations européenne au lobbying. En effet, même le cabinet français SMBG, qui se targue de recenser et d’évaluer toutes les formations de troisième cycle, omet les formations en lobbying. En l’occurrence, ce cabinet ne propose qu’une catégorie « Management européen et international »

Or, comme le rappelle un rapport de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris publié en 2002, il est nécessaire pour les PME françaises d’accroître leur lobbying eu sein de l’UE. Parmi les propositions du rapport, la création d’une culture du lobbying avec l’initiation de formations ciblées (écoles de commerce, formations pour les ingénieurs, MBA, avocats, etc.) au lobbying. Ainsi, un référencement des formations de troisième cycle en lobbying semble donc logique.

Ce premier classement des formations a été effectué sur la base d’un référencement actualisé de l’Association Française des Conseils et Affaires Publiques (AFCL), d’Eurolobbying.com, site web consacré à l'enseignement et à la recherche dans le domaine du lobbying communautaire et d’un interview de Cyril Pereira, consultant chez Spin Partners et personnalité central dans le domaine des affaires publique, publié dans le Figaro. Il balaie les formations de trois pays : la France bien sûr, la Belgique et la Grande-Bretagne.

L’évaluation repose sur les trois critères suivants :

  1. Le rapport qualité / prix ; certains masters des « grandes écoles » apparaissent largement surévalués au point de vue de la qualité de la formation proposée, et inversement, certaines formations universitaires relativement abordable peuvent être de très bonne facture
  2. Partant de la nature transversale du lobbying, la polyvalence de l’enseignement m’apparaît capitale, ainsi que la dimension professionnalisante (un stage en lobbying, participations à des salons, représentations à des colloques, voyages d’étude à Bruxelles ou à Washington, etc.). Il tend donc à favoriser les formations dispensées dans les grandes écoles en sciences politiques envers et contre les formations essentiellement axées sur le droit ou la connaissance de l’administration
  3. La reconnaissance de la formation ainsi que les réseaux d’anciens sont deux critères incontournables en ce qu’ils conditionnent la qualité de l’insertion professionnelle

Un seul regret, la difficulté d’accès aux sites des formations universitaires. Il me semble que sur ce point, les universités françaises devraient se doter d’une meilleure communication pour attirer plus étudiants.

Dernière précisions, ce classement ne préjuge en rien de la qualité intrinsèque des formations. Il mesure seulement leur pertinence au vu d’une carrière dans le lobbying européen.


1) Le Master of Science « Lobbying et Affaires Publiques en Europe » de Reims Management School

Ce Master of Science dispense une formation entièrement dédiée au lobbying avec des enseignements sur les institutions européennes, les politiques communautaires et les techniques particulières de l’influence. C’est d’ailleurs le seul qui incorpore le terme de « lobbying » au sein de son jeune master, ce qui est relativement novateur dans un contexte d’hostilité française à la discipline. Le coût de cette jeune formation est de 10 500 euros et est censée préparer aux métiers de lobbyiste auprès des institutions européennes ou de chargé d’affaires européennes.

L’intervention de professionnels au sein de la formation, trait spécifique aux écoles de commerce, un comité scientifique de qualité avec entre autres, Jean-Christophe Adler, Président de l’Association française des consultants en lobbying (AFCL), Adeline Hazan, députée au Parlement européen, Raymond Hudon, professeur de science politique à l'Université de Laval (Québec), des parrains reconnus et impliqués dans le monde professionnel du lobbying, un voyage d’étude dans les « capitales européennes » (Bruxelles, Strasbourg, Luxembourg), la présence d’un coaching individuel destiné à finaliser le projet professionnel et un stage de fin d’étude de 5 à 6 mois semble garantir la qualité de cette formation.

2) Master Affaires publiques et représentation des intérêts (A.P.R.I.) de l’Institut d'études politiques de Bordeaux et en partenariat avec l’Université de Laval à Québec

En dépit de la jeunesse de cette formation professionnelle en « communication politique, ce master propose une réelle polyvalence de cours typique d’une formation « sciences po ». L’avantage majeur est probablement le rapport qualité / prix, puisque le coût de cette formation est seulement de 1 500 euros

Le programme d’échange culturel avec l’Université de Laval à Québec et les visites des lieux consacrés (Washington, Ottawa, Bruxelles), la rencontre de professionnels ainsi que la présence d’une association relativement active, l’Association transatlantique des diplômés en affaires publiques (ATDPARI) font d’elle une formation de qualité. La qualité de la brochure disponible sur le site Internet est un élément également déterminant

3) Troisième cycle Management des Affaires Européennes de la Faculté Léonard de Vinci

Le troisième cycle en «Management des affaires européennes» du pôle Léonard de Vinci combiné au « Master of Arts in European Public Policy » de la South Bank University à Londres, propose d'étudier le droit, l'économie, les finances y compris dans leur dimension européenne et les techniques du lobbying. Le coût de la formation est évalue à 8 000 euros environ. Véritable programme d’échange, la formation donne l'opportunité de suivre pendant un an des enseignements à Londres, Paris et Bruxelles.

Cette école dite « Pasqua » souffre à mon goût d’une réputation largement justifiée. Par ailleurs, rappelons que les étudiants du troisième cycle en Management des Affaires Européennes (MAE) ont remporté le 2e prix du Concours du lobbying Inter-Ecoles 2006. Avec un salaire moyen de 27 000 euros huit mois après la sortie, les diplômés de l’EMLV sont en concurrence directe avec les diplômés des grandes écoles.

4) Master 2 en stratégie et décision publique et politique et Master 2 management public européen (troisièmes cycle de Management public et politique de l’Institut supérieur du management public et politique)

Ces deux masters reconnus par l’Etat au niveau I (grade master) m’apparaissent d’excellente facture et d’un bon rapport qualité / prix. Alors que le premier semble plus axé sur un lobbying franco-français à Paris et au sein des administrations, le second est résolument orienté vers le lobbying européen à Bruxelles.

La palette des cours, réellement diversifié, en droit, institutions publiques, « public affairs » ainsi que la professionnalisation au travers des ateliers professionnels garantissent la solidité de ces formations que justifient la qualité des débouchés. Le site d’information pédagogique est vraiment complet, et c’est un plus réel.

5) Master in European Public Policy de l’University College à Londres en Grande-Bretagne

Ce master spécialisé dans la politique publique européenne vise à donner aux étudiants les instruments de compréhension du policy-making européen au travers de l’étude des institutions européennes et des membres de l’Union européenne.

Le coût de la formation est similaire aux autres masters en Grande-Bretagne, soit environ 10 000 Livres et les débouchés sont nombreux au sortir de cette prestigieuse école A noter qu’une bonne partie de l’évaluation porte en fait sur une dissertation finale, et il ne semble pas y avoir de rapport de stage obligatoire

6)Le Master en Stratégie d’intelligence économique de l’Ecole de guerre économique

L’Ecole de guerre économique, reconnu dans le petit monde de l’intelligence économique, et reconnue première au classement SMBG des troisièmes cycles, en formation d’intelligence en knowledge management, mérite une petite mention spéciale, et notamment pour la qualité de sa formation dans le domaine de la « communication d’influence ». Certes, l’idéologie « patriotique » de l’Ecole peut impressionner et le coût de la formation apparaît élevé (9 500 euros) pour un master non-reconnu par l’Etat (9 500 euros).

Plusieurs fois première au concours Inter-Ecole en lobbying, et disposant d’un enseignement de qualité sur les thématiques de l’influence par des enseignants reconnus, dont Jean-François Bianchi et Bruno Gosselin, cette formation demeure centrée sur l’intelligence économique, qui n’est pas la lobbying, mais si ces deux disciplines partagent des points communs.

7) Diplôme des Hautes Études Européennes et Internationales
(Master of Arts in Advanced European and International Studies)

Cette formation reconnue est organisé autour de quatre modules : relations internationales, construction européenne, démocratie et société et fédéralisme. Le coût de ce Master of Arts est de 7500 euros.

Le programme se déroule en séquences successives à Nice, Berlin, Rostock et Rome. Il comporte en outre un voyage d'études aux institutions européennes et internationales et peut se prolonger par des stages.

8) DESS de Relations Publiques entre groupement d’intérêts et l’Union européenne de l’Institut Catholique de Paris

Ce DESS propose une relative polyvalence de cours sur la connaissance de l’Union européenne, et en matière de droit européen, de stratégies industrielles et européennes, d’éthique, de démocratie et de « lobbying pur » ainsi que trois modules professionnels «Information : sous traitement et synthèses», « Stratégie et pratique de la négociation et la communication» et « Etudes de cas et méthodes de lobbying »

9) Troisième cycle en relations Internationales et Diplomatiques de l´Union Européenne du Collège d’Europe de Bruges en Belgique

L’enseignement proposé au sein du prestigieux Collège d’Europe porte spécifiquement sur la négociation internationale et la diplomatie et sur l’Union européenne en tant qu’acteur sur la scène internationale.

Les enseignements portent sur les institutions internationales, le positionnement de l’Union européenne au sein de l’échiquier mondial et les techniques diplomatiques. Point à ne pas négliger, les étudiants doivent passer un mois sur le campus du Collège à Natolin (Varsovie) où ils participent à un jeu de simulation interactif et un cours intensif sur la politique de voisinage de l’Union européenne. Cette formation sert davantage aux aspirants à la carrière diplomatique que des étudiants désireux de devenir des professionnels de l’influence.

10) Master Professionnel Science Politique Mention : Travail politique et parlementaire (anciennement DESS Droit de la vie politique) de l’Université Paris X – Nanterre

Ce Master Professionnel Science Politique s’intéresse principalement au fonctionnement des institutions politiques nationales (Assemblée nationale, Sénat, Service d'information du Gouvernement, Secrétariat général du Gouvernement) et aux collectivités territoriales (mairies, conseils généraux et régionaux).

Des enseignements spécifiques en communication institutionnelle (affaires publiques, lobbying, veille stratégique) et dans le domaine du journalisme spécialisé. Les débouchés professionnelles apparaissent larges et concerne surtout l’administration publique (cabinets ministériels, administrations de l'Etat, de l'Union européenne, services du parlement) et également dans le domaine du journalisme (presse généraliste).

11) DESS de Sciences politiques de l’Université Paris I Sorbonne

Le DESS Administration du Politique a pour objectif de former les collaborateurs directs des élus sur le territoire français. Il s’adresse soit à des étudiants titulaires d’une maîtrise de droit public, de science politique, d’AES... ou d’un diplôme d’IEP.

La formation, qui comprend 300 heures d’enseignement sous forme de séminaire en droit public et sciences politiques est ponctuée d’intervention de professionnels (Assemblée Nationale, Sénat) et est complétée d’un stage de trois mois. Cependant, cette formation est pour l’essentiel centrée sur la communication d’influence en France.

12) Master professionnel en science politique et communication, spécialité Politiques de communication, de l’Université de Versailles

Cette formation prépare les étudiants à devenir des professionnels principalement dans l’univers des TICs. Si les perspectives de carrières affichées visent des postes de directeur de la communication ou d’attaché de presse, ce master forme bien plutôt les étudiants à l’intelligence économique sans le dire. Néanmoins, la « transversalité » des enseignements ainsi que la présence d’un stage obligatoire et la qualité des partenariats offre aux étudiants des perspectives d’insertion dans le domaine de la communication d’influence et donc du lobbying.

13) DESS Relations publiques européennes du Celsa

Le DESS Relations publiques européennes du Celsa dispense une solide formation pluridisciplinaire dans le domaine de la communication bien sûr, mais aussi dans les relations presse, le conseil professionnel, l’audit, et tout cela, ponctué d’étude de cas. Le concours du Celsa est un gage en quelques sortes de la qualité de la formation. Il se compose d’une épreuve écrite et d’un oral d’admission.

La présence d’un stage et d’un mémoire de fin de cycle est le signe incontestable de la densité de la formation. Cependant, en analysant les sujets des mémoires, on s’aperçoit que ces derniers sont beaucoup trop centré sur la communication d’entreprise vis-à-vis de la société civile (responsabilité sociétale, environnementale, etc.) et très peu vis-à-vis des institutions. Le manque d’une composante politique dans le corps des enseignements en est sans doute la cause naturelle.

14) DES en études européennes de l’Université Catholique de Louvain en Belgique

L'objectif de ce programme est d'offrir une solide formation universitaire dans les matières européennes. D'une durée de un an, il ambitionne d'offrir une formation pluridisciplinaire relativement théorique (histoire, science politique, droit et économie). Les frais d'inscription pour l'année académique 2006-2007 s'élèvent seulement à 778 euros.

A partir de septembre 2007 et la mise en place de la réforme de Bologne pour le deuxième cycle, le DES sera remplacé par un Master en études européennes de deux ans. Cette formation certes pluridisciplinaire n’est pas assez professionnalisante. L’absence d’enseignements des techniques de lobbying, d’interventions de professionnels, de stage de fin d’étude, de réseau des anciens ne joue guère en la faveur de l’étudiant.

15) Master of Arts in European Politics, Sussex European Institute, University of Sussex (GB)

Ce “Master of Arts” propose une large formation en « social sciences » à laquelle s’ajoute une dimension européenne avec des enseignements tels que « The Domestic Politics of European Integration », « The European Convention on Human Rights », « European Media in Transition » ou European Political Integration ». Il ne semble pas y avoir de stage ou de mémoire à la fin de cette formation dont le coût est d’environ 10 000 livres. Une bonne partie de l’évaluation porte en fait sur une dissertation finale.

16) Master of Sciences in Public Policy de l'Université de Bath en Grande-Bretagne

Cette formation centre sur l’analyse des politiques publiques vise à fournir aux étudiants les instruments de compréhension du policy-making au sein des « démocraties libérales » avec un corps d’enseignement en sciences politiques, économique, droit, management publique et santé publique.

Si ce Master of Sciences a le mérite de l’interdisciplinarité, il pèche par l’absence de stage ou de mémoire à la fin de la formation. Le coût de ce troisième cycle est d’environ 10 000 livres. Une bonne partie de l’évaluation porte en fait sur une dissertation finale.

17) DESS d’Administration internationale de l’Université Paris II, Panthéon-Assas

L’enseignement de ce DESS trop centré sur le droit et la diplomatie et ce faisant, tend à négliger une approche transversale et pluridisciplinaire nécessaire à l’évolution dans un contexte international.

Cependant, la reconnaissance de la formation, la présence d’un stage obligatoire de deux mois et une association des anciens très présente offrent cependant des perspectives d’insertion professionnelle des étudiants dans le domaine administratif.

18) DES en politique européenne de l’Université Libre de Bruxelles en Belgique

Cette formation universitaire se compose d’un tronc commun relativement diversifié sur l’Europe en droit européen, pensée politique et construction européenne, économie européenne.
Formation plutôt théorique, elle est complétée par un mémoire et un stage de fin d’étude auprès d'organisations ou d'organismes européens

19) DESS Communication politique publique en France et en Europe, de l’Université Paris XII

Ce DESS est une composante du Département de Communication politique et publique, créé en 1992 au sein de la faculté des Lettres et des Sciences humaines de l'Université Paris XII -Val de Marne.
Il s’insère dans un ensemble de structures d’accueil, de lieux de rencontres entre enseignants-chercheurs et intervenants professionnels, français et européens, qui toutes et tous, se consacrent à la communication et aux discours politiques et publics.

20) DESS Diplomatie, organisations et entreprises internationales de l’Université Paris XI, Faculté Jean Monnet

Cette formation, dont l’enseignement apparaît essentiellement centré sur le droit, le droit public international et le droit communautaire notamment, s’inscrit dans le prolongement d’un DEA créé en 1997.

Ce DESS s’adresse donc prioritairement aux chercheurs et, parce qu’il permet la préparation de divers concours nationaux ou internationaux, aux aspirants aux carrières diplomatiques et consulaires.

17 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

a la recherche d'une formation dans ce domaine, j'ai trouve le Master Politiques et Affaires Publiques en Europe de l'IEP de Strasbourg. Qu'en pensez-vous?

N'aurait-il pas sa place dans ce classement?

IE-Lobbying a dit…

Cette première édition est loin d'être parfaite, néanmoins elle s'appuie sur des sources fiables. Je prendrai en compte votre demande dans l'édition 2007 (voir http://www.ie-lobbying.info/wiki/index.php/Classement)

Anonyme a dit…

Erreur sur la fiche de l'EGE, elle est reconnue par l'Etat.

Anonyme a dit…

Pour faire ce Master de l'IEP de Strasbourg et etre en stage a Bruxelles en ce moment. Je peux dire que je me suis senti bien prepare a un travail et soutenu par un reseau.
Cependant, je ne connais pas bien les autres masters. Depuis que je suis a Bruxelles, j'ai beaucoup entendu parle de l'institut catholique de Paris et de l'universite de Louvain.

Anonyme a dit…

Ayant fait le master de l'IEP Strasbourg, je tiens à dire que ce master mérite un meilleur classement. Il bénéficie en effet d'un enseignement de qualité avec des intervenants issus du milieu professionnel ou universitaire. De plus, faisant mon stage à Bruxelles, j'ai pu me rendre compte que bcp d'anciens du master travaillent au sein des institutions (comme par exemple au sein de cabinets de la commission) ou dans des cabinets de lobbying. Enfin, ce Master existe depuis plus de 13ans et ne va pas ouvrir en Octobre 2007 comme certains des master présents dans ce classement!

IE-Lobbying a dit…

Bonjour, j'ai bien conscience des failles de ce classement. Il a cependant réalisé à partir de critères très précis définit dans l'introduction. Enfin, peut-être que l'IEP de Strasbourg ne communique pas assez sur la force de son master.

Voir les notes en prévision de l'édition 2007 du classement des formations en lobbying sur le site "corporate" :
http://www.ie-lobbying.info/wiki/
index.php/Classement

Alexandra Debaisieux a dit…

Bonjour, je vous indique le site du Master de politiques européennes de l'IEP de Strasbourg http://www-iep.u-strasbg.fr/enseignement/cycles/MasterPE/index.htm

cheeky_be a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
IE-Lobbying a dit…

Merci de cette information, je l'ai bien prise en note (http://www.ie-lobbying.info/wiki/index.php/
Classement#Notes_en_pr.C3.A9vision_de_l.27.C3.A9dition_2007). Cependant, je ne peux modifier le classement 2006. Votre formation sera ajoutée au sein de l'édition 2007, à paraître au mois de décembre prochain

Anonyme a dit…

Bonjour,

l'IEP de Strasbourg n'a meme pas besoin de communiquer sur le M2, ils ont deja un tres grand nb de demandes et une tres bonne reputation dans les institutions européennes. seul pb : les cours st encore trop théoriques.
sinon, le classement est loin d'etre bon : l'ismapp (quatrieme) est vraiment surévalué, reims est une formation qui ouvre cette année, alors je vois mal comment la juger. en tt cas, il etait temps de faire ce genre de classement. il est loin detre parfait, ms il est normal quil ai besoin de tps.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je viens de recevoir un avis positif à ma candidature au MAE du Pôle Léonard de Vinci, ainsi que pour le master en Management Public Européen de l'ISMaPP. Je ne sais lequel choisir. Quelq'un pourrait-il m'éclairer ? Je n'ai pas bien compris de quelle réputation justifiée souffrait le MAE ?
J'ai aussi été prise à un entretien pour le Master relations européennes de l'Institut Catholique de Paris. Ce master est-il mieux que les 2 autres ?

En vous remerciant beaucoup pour votre aide,

Anonyme a dit…

Salut je suis interessé par un master de lobbying en angleterre à "brunel unversity".Ton classement n en porte pas trace.Jamais entendu parlé?

Anonyme a dit…

ISMAPP : moi jai laissé tomber, j'étais prise mais ca ne vaut pas vraiment le coup! alors a ta place je choisirai entre leonard de vinci et la catho. bon courage et bravo!

Anonyme a dit…

Bonjour,
je viens du master de Léonard de Vinci. Son immense avantage est de délivrer un diplome couplé avec la London South Bank University. Pour accrocher les cabinets de lobbying internationaux, ça compte. L'enseignement est très tourné vers l'aspect pratique (cas pratique sur 4 mois, interventions de professionnels, concours inter école).
Nous suivons le même module lobbying que la Catho (même professeur, intervenants...), mais je trouve que le programme en général y est plus complet.

morgan in brazil a dit…

tu oublies aussi la formation de Sciences Po Lille. Peu d'élèves passent les concours communautaires en préférant les autres débouchés. Il nous est présenté à l'école comme un master spécialisé dans le lobbying et le parainstitutionnel.

Affaires Européennes

• Promouvoir une approche académique, scientifique et pratique de l’intégration européenne grâce à la diversité du corps enseignant composé d’universitaires et de praticiens.

• Préparer les étudiants qui ambitionnent de se présenter aux concours de recrutement des institutions européennes [b]mais aussi aux nombreux emplois dans les groupes d’intérêts qui gravitent autour des institutions européennes. (Entreprises, organisations de travailleurs, cabinets de lobbying et de conseil spécialisés dans les dossiers européens, collectivités territoriales, etc.).[/b]

• Préparent les étudiants aux responsabilités qui seront les leurs dans le cadre des carrières européennes : traitement d’appels d’offres européens, montage de dossiers de subventions, études de cas en matière de représentation des intérêts, d’expertise juridique, etc. L’objectif est de fournir aux étudiants un savoir-faire directement utilisable dans la gestion de dossiers européens.

tu pourras trouver la plaquette du master ici:

http://195.83.2.11/lib/tele.php?chemin=../PDF/SCOLA/MAQUETTE/FRANCAIS/aff_eur.pdf


Morgan

Anonyme a dit…

Bonjour,

Sous la référence 17, Master Administration internationale de Paris 2 (Assas), le lien renvoie à la plaquette du master proposé à la Sorbonne.
le bon lien est celui-ci : http://www.u-paris2.fr/cio/3%E8me%20cycle/DESS%20Administration%20internationale.pdf

Anonyme a dit…

Il parait que le master d'affaires européennes de l'ismapp (nr 4 dans votre classement) n'existe plus ! Dommage.