13 novembre 2006

Dyade amoureuse

Exceptionnellement, je publie un poème dédié à ma compagne, Diane, pour nos six mois de relations communes. Ce petit interlude intime sera le seul...



A Diane

Dyade du matin, enlacé autour de ton sein,

Idéale de mes nuits, j'étreins fermement ta main.

Apaisé, ton corps alangui est contre le mien,

Nappé d'un drap blanc qui recouvre tes reins;

Emerveillé, je bois ton regard plongé dans le mien.


Dyade du jour, main dans la main, tes rires

Insouciants et malicieux, semblables au chant d'une lyre,

Animent mon corps et enchantent mon cœur,

Noyé dans l'ondulation de tes cheveux noirs;

Enamourés, nous poursuivons notre chemin jusqu'au soir.


Dyade de la nuit, au-dessus de toi je revis,

Ivre, au-dessous de moi, tu m'affaiblis.

Arrimés dans l'obscurité, alors que le temps s'enfuit,

Naturellement le plaisir vient et se produit;

Et dans l'ombre et la sueur ton corps s'assoupit.


Pierre-Antoine Rousseau, mercredi 16 août 2006 (c)



Aucun commentaire: