25 septembre 2006

Deux générations de lobbyistes

Le lobbying est une discipline récente, une activité professionnelle encore peu théorisée. La première « génération » de lobbyistes en France est indissociable de la construction européenne qui s’est accélérée avec au début des années 1990 avec la signature de l’Acte unique.

La prise de conscience de l’activité de lobbying pratiqué de facto et maintenant de jure a déclenché au début des années 2000 un florilège de formations en lobbying au sein des instituts d’études politiques et écoles de commerces.

Fait social original, nous assistons aujourd’hui à la confrontation de deux générations de lobbyistes que tout oppose mais aux complémentarités évidentes.

La génération « traditionnelle » de lobbyistes (1980-…)


La première génération est celle du « old boys club » composé majoritairement de représentants d’entreprises, de syndicats ou d’associations qui par nécessité se retrouvent au sein des institutions afin de contrôler le processus de normalisation dans les secteurs stratégiques qui les concernent.

Sans réel formation spécifique en affaires publiques ou communication d’entreprise, ces lobbyistes « traditionnel » aux qualités personnelles certaines s’appuient sur réseau de collègues-amis stratégiques.

La génération « nouvelle » de lobbyistes (2000-…)


La seconde génération de lobbyiste est constituée de jeunes étudiants rôdés aux sciences politiques qui disposent d’une formation « professionnelle » en lobbying. En conséquence, les qualités du jeune lobbyiste reposent davantage sur ces aptitudes d’analyse et de synthèse que sur son « carnet » de contacts potentiels. La constitution d’un réseau fiable est une étape difficile pour ces lobbyistes fraîchement sortis du moule des études. Il doit développer impérativement sa sociabilité.

Personnellement, je considère ces deux types de lobbyistes complémentaires. Le jeune lobbyiste doit nécessairement être épaulé par le lobbyiste « traditionnel » pour se faire les crocs en politiques. En échange, le jeune lobbyiste peut faire bénéficier ces capacités d’analyse au routard du lobbying.

Aucun commentaire: